Avatar for Emerson Welch

by Emerson Welch  |  août 31, 2023

La créativité sans frontières : Le parcours de Mathieu Desailly, graphiste chevronné à l’inspiration culturelle

Plongez dans l’univers de Mathieu Desailly, un graphiste chevronné qui compte près de quarante ans d’expérience. Ses créations innovantes, alimentées par sa passion pour la musique et la littérature, redéfinissent la narration visuelle. Qu’il s’agisse de faire naître des idées artistiques au cœur de Paris ou de créer des visuels envoûtants pour des théâtres et des festivals, le travail de Mathieu est une fusion de culture et de créativité, le tout alimenté par les capacités dynamiques de la technologie de l’information et de la communication QuarkXPress.

Dans ces questions-réponses, nous nous intéressons à l’évolution de la carrière de Mathieu, à ses créations anthrologiques inspirées par la culture et aux précieux conseils qu’il donne aux jeunes designers et créateurs.

Smart Content

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre univers et votre carrière de designer ?

L’étincelle créative s’est allumée lors de mon séjour à l’école de Paris, où j’ai étudié l’architecture et me suis familiarisée avec le travail du bois et du métal. Aujourd’hui, je me consacre à la création d’affiches, de couvertures de livres, de brochures et de prospectus pour les théâtres et les festivals. Je travaille également avec mise en page, photographie et illustration, souvent sur la base de mes propres concepts.

Je fais partie d’un collectif connu sous le nom de « le jardin graphique, » qui opèrent dans toute la France. En tant qu’artiste, j’ai passé la dernière décennie à cultivating a personal venture called anima(ex)musica, où je travaille en tant qu’artiste visuel et graphiste. Ce projet, dans une certaine mesure, découle de mes explorations en matière de graphisme. En collaboration avec deux autres artistes, nous redonnons vie à des instruments de musique en les transformant en arthropodes.

graphic design

Pourquoi choisissez-vous des instruments pour créer vos insectes arthropodes ?

Depuis un certain temps, je travaille dans le domaine de la musique pour divers festivals (comme le Printemps de Bourges, le Pianoscope, le Festival de Lanvellec, le Festival Bel Air), travaillant avec des orchestres et des artistes en direct. Les animaux ont souvent été un thème récurrent ; ils servent de métaphore appropriée pour les humains, incarnant parfois leur essence plus efficacement que les individus eux-mêmes.

Les animaux sont souvent un thème récurrent. J’ai un jour créé un logo pour Févis (une fédération d’ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés) qui représentait les instruments de musique sous forme d’insectes. Les arthropodes sont devenus une source d’inspiration évidente pour moi, avec leurs exosquelettes qui ressemblent à des mécanismes complexes. Pour moi, c’était une évidence !

Les arthropodes sont devenus une source d’inspiration évidente pour moi, leurs exosquelettes ressemblant à des mécanismes complexes.

Comment s’est inspiré le nom du projet anima(ex)musica ?

Le nom du projet anima(ex)musica est un clin d’œil à la technique du « deus ex machina » utilisée au théâtre pour faire apparaître mécaniquement des apparitions divines depuis le plafond. Dans notre projet, nos arthropodes sont articulés et mobiles – un phénomène mécanique.

graphic design

Avant d’être des créatures, ils étaient des instruments à la base !

Lorsqu’il s’agit de concevoir des contenus, quel est votre processus créatif ?

Je manipule des éléments graphiques, des photographies et des illustrations, qu’ils soient figuratifs ou abstraits, mais je veux avant tout qu’ils aient un sens. Je suis « l’émetteur » et je veux que le « récepteur » comprenne et traduise le message que je lui adresse ! Un document graphique doit être compris pour communiquer une information ou une émotion. Que me dit-on ? Quels sont les espaces et les directions ?

Pour moi, le graphisme Le design est comme l’architecture : où est l’entrée, la cuisine, l’escalier ? Comment puis-je me déplacer à l’intérieur ? Quelles sont les émotions que je ressens en fonction des espaces que je traverse ? Une brochure ou un dépliant peut offrir une expérience similaire.

Je suis l' »émetteur » et je veux que le « récepteur » comprenne et traduise le message que je lui adresse !

Pourquoi choisir QuarkXPress plutôt qu’un autre logiciel ?

D’abord et avant tout, c’est le logiciel avec lequel j’ai commencé… C’est avec lui que je me suis construit et développé au fil des années ! Je l’utilise depuis près de 35 ans. Ce que j’aime dans QuarkXPress, c’est sa simplicité. C’est comme mon établi, avec tous mes outils à leur place ! J’aime la rigueur de ce logiciel : il me permet de structurer ma pensée.

graphic design

C’est un peu comme une colonne vertébrale sur laquelle je peux accrocher des photos, des illustrations… J’ai même conçu un livre pour enfants. J’esquisse mes illustrations directement dans QuarkXPress, puis je les peaufine au pinceau et à l’encre de Chine pour leur donner vie de manière sensible.

Smart Content

Qu’est-ce qui vous inspire en matière de musique, de théâtre ou de cinéma ?

Qu’il s’agisse de musique, de théâtre, de spectacle vivant, de cinéma ou de littérature, le socle commun est la culture. Pour travailler sur la forme, je dois m’aligner sur le fond ! Écouter de la musique, aller voir un spectacle ou lire un livre me semble être l’une des activités humaines les plus agréables et les plus nécessaires. En créant un univers graphique à la fois accessible et poétique, j’invite les futurs spectateurs et lecteurs à participer à leur diffusion. C’est ce qui m’anime toujours !

Lorsqu’il s’agit d’inspiration, la question est difficile à répondre car chaque sujet se présente comme une métaphore visuelle unique. Faire un pas de côté, poétiser le sujet et parfois un peu d’humour sont certainement des ingrédients que l’on retrouve dans mes créations.

La poétisation du sujet et parfois un peu d’humour sont certainement des ingrédients que l’on retrouve dans mes créations.

Pourquoi êtes-vous passé d’un travail pour d’autres personnes dans différentes entreprises à un travail indépendant ?

J’ai commencé ma carrière dans la conception de décors pour le théâtre, la télévision et le cinéma – où l’on travaille dans des entreprises et des productions. Lorsque j’ai commencé à travailler en tant que graphiste, le fait d’être freelance s’est imposé naturellement. Le travail en free-lance est très répandu en France. Il offre une grande flexibilité tant sur le plan financier que sur le plan des horaires de travail, à chacun de trouver son rythme et sa façon de travailler.

Selon moi, le graphisme est un sport solitaire. J’ai progressivement quitté le monde de la commande pour développer mes propres créations, devenant ainsi freelance. J’ai embrassé le rôle d’artiste. Je suis devenu beaucoup plus libre dans mes choix et dans la direction que je voulais donner à mon travail.

graphic design

Aujourd’hui, les commandes me nourrissent au sens propre comme au sens figuré, mais j’essaie d’être un artiste associé le plus possible aux lieux pour lesquels je travaille, afin de garder le plus de liberté possible dans mes choix graphiques et de design. La conception graphique est un travail d’auteur, pas un simple service. Choisir un graphiste, c’est aussi choisir un univers…

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui débute sa carrière dans le design et l’édition numérique ?

Je leur dirais de se nourrir d’autres sujets que ceux purement graphiques ! J’ai souvent nourri mes créations graphiques de sujets autres que ceux liés au graphisme ; lire, voyager, rencontrer des gens, visiter des musées, voir des pièces de théâtre, aller au cinéma sont autant de sources d’inspiration possibles ! Il y a toute une vie avant l’ordinateur, qui est utile dans la phase finale, mais avant cela, la « vraie vie » est essentielle. Pour construire son propre univers graphique, il faut prendre le temps de se trouver, et c’est exactement ce que j’ai fait !

Le travail en équipe me semble également important, car il permet la diversité, la pollinisation croisée des idées et les débats positifs. Il est également important de diversifier les clients avec lesquels on travaille, pour avoir une certaine souplesse d’esprit. Et chaque sujet abordé nourrit le suivant. Enfin, le graphisme est en quelque sorte un acte politique : choisir pour qui l’on travaille et dans quel but doit être une question permanente, d’autant plus aujourd’hui compte tenu du contexte international et de l’urgence du changement climatique.

Le graphisme est en quelque sorte un acte politique : choisir pour qui l’on travaille et dans quel but doit être une question permanente…

Merci de m’avoir lu ! Vous pouvez trouver et vous connecter avec Mathieu sur LinkedIn. Nous aimerions avoir de vos nouvelles, alors dites-nous ce que vous avez aimé ou ce que vous aimeriez lire de plus dans cette série ? Et si vous souhaitez figurer dans un prochain article, n’hésitez pas à nous contacter ! Contactez-nous à l’adresse suivante qxpsales@quark.com

Smart Content
Copied to clipboard

Recent Blogs

La créativité sans frontières :Le parcours de Chris Martin en tant qu’innovateur créatif

  • |

Utilisez la reconnaissance de l’IA dans les bibliothèques d’images locales pour faciliter la recherche d’images

  • |

La créativité sans frontières : L’évolution de Jim Yarwood, du compositeur d’imprimés au designer indépendant

  • |