Avatar for Emerson Welch

by Emerson Welch  |  avril 25, 2024

La créativité sans frontières : L’évolution de Jim Yarwood, du compositeur d’imprimés au designer indépendant

jim

Jim Yarwood a débuté sa carrière dans l’industrie de l’impression dans les années 1960. Il est passé du statut de compositeur à celui d’indépendant chevronné dans le domaine de la conception numérique.

Plongez dans notre dernière série de blogs sur la créativité sans frontières pour découvrir le parcours de Jim Yarwood. Il combine l’artisanat traditionnel avec des outils modernes tels que les logiciels d’édition de bureau. QuarkXPress pour rédiger ses magazines horticoles.

Smart Content

Comment avez-vous débuté dans l’imprimerie et la conception graphique, et pouvez-vous me parler un peu de votre parcours ?

Je travaille dans l’imprimerie depuis les années 1960, en fait depuis l’époque du métal chaud, et j’ai suivi un apprentissage de six ans en tant que compositeur. Je ne me considère pas comme un spécialiste de l’impression et de la conception, mais je sais reconnaître une conception de bonne qualité lorsqu’elle est présentée.

Après mon apprentissage de six ans, j’ai été embauché par un journal régional, le Kent Messenger, en tant qu’opérateur de linotype. Au Royaume-Uni, l’imprimerie était à la pointe de l’innovation électronique dans les années 1970. Le Kent Messenger a été l’un des premiers journaux à passer à l’électronique et s’est rapidement imposé comme un précurseur de la nouvelle technologie. En tant qu’employés, nous avons été emportés par le passage du métal chaud à la photocomposition – c’était une époque difficile.

La fluidité de l’ordinateur est ensuite apparue, avec la possibilité de faire toutes sortes de choses avec les caractères, de les plier électroniquement, d’étendre les caractères et les images, ce qui était inimaginable à l’époque !

Comment votre carrière a-t-elle évolué au fil du temps avec le passage de l’impression traditionnelle à la conception numérique ?

J’ai dirigé ma propre entreprise de conception et de composition, tout d’abord à domicile, dans une chambre d’amis, en utilisant du matériel Compugraphic, puis après un an, j’ai déménagé dans des locaux commerciaux. C’était entre 1982 et 1994, à l’époque où la publication assistée par ordinateur n’avait pas encore été inventée et où mon entreprise fonctionnait bien, produisant principalement des périodiques mensuels, un journal hebdomadaire sur l’immobilier, et fournissant de plus petits ateliers d’art. À l’époque, j’employais 9 personnes et tout allait bien jusqu’à ce que la publication assistée par ordinateur prenne son essor (principalement grâce à Apple), de sorte que, pratiquement du jour au lendemain, les entreprises ont pu produire leur produit en interne et nous n’avons plus été en mesure de rivaliser.

Le personnel semi-spécialisé était en mesure de créer des mises en page impressionnantes, des conceptions, etc. avec l’avènement principalement des ordinateurs Apple, qui sont maintenant plus ou moins la norme de l’industrie. Endetté, j’ai dû fermer l’entreprise et chercher un emploi. Je suis retourné à Kent Messenger et c’est là que j’ai été présenté à QuarkXPress car c’est le logiciel qu’ils ont choisi.

Quelques années plus tard, je suis parti travailler à Londres et j’ai travaillé dans différents studios. Je suis ensuite retourné au Kent Messenger vers 2002, jusqu’à ce que je sois licencié. Ils étaient passés à InDesign, qui n’était pas aussi convivial que QuarkXPress.

Le personnel semi-qualifié a été en mesure de créer des mises en page impressionnantes, des dessins, etc. avec l’avènement des ordinateurs Apple, qui sont aujourd’hui plus ou moins la norme dans l’industrie.

graphic design

Parlez-nous de votre travail actuel en tant qu’indépendant ?  

J’ai travaillé en free-lance pour un éditeur de ma ville natale, ACT Publishing, alors que je travaillais pour le journal Kent Messenger, qui utilisait QuarkXPress. J’ai accepté de travailler à temps partiel, en mélangeant cela avec une semi-retraite. Et voilà où nous en sommes aujourd’hui !

Je produis deux magazines horticoles mensuels et j’utilise QuarkXPress comme système de publication. Au début, on me donne un modèle, qui indique l’emplacement des annonces, des articles, le nombre de pages, etc.

À partir de ce modèle, j’assemble l’article, les titres et les photos, et je place les annonces à des endroits prédéfinis. Une fois approuvé par l’équipe de vente d’annonces et le rédacteur en chef, l’article est envoyé à l’imprimerie !

Je produis deux magazines horticoles mensuels et j’utilise QuarkXPress comme système de publication.

graphic design

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le monde du design ?

Pour résumer, ce que j’aime dans le design et la technologie modernes, c’est la « flexibilité », la possibilité de manipuler les caractères/images et de créer des formes qui n’étaient pas à la portée du profane auparavant.

graphic design

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous aimez utiliser QuarkXPress ?

Mon introduction à QuarkXPress s’est faite en rejoignant le journal Kent Messenger. La principale caractéristique de QuarkXPress était que les programmeurs d’origine avaient basé le programme sur des règles de métal chaud, par exemple la taille du point, l’avance, les retraits, le crénage, etc. C’était si important que nous, les plus anciens, comprenions immédiatement le programme et pouvions saisir ce qui était nécessaire pour produire de nouvelles mises en page et conceptions jusqu’alors inaccessibles !

Quels qu’aient été les concepteurs initiaux, le programme était parfait. Je me sentais très à l’aise avec son fonctionnement et, en fait, bien que novice, d’autres opérateurs de Kent Messenger me demandaient parfois comment faire ou changer des choses dans QuarkXPress, j’ai choisi de travailler dans l’équipe permanente de fin de journée et je suis devenu superviseur.

…Les plus âgés d’entre nous ont immédiatement compris le programme et ont pu saisir ce qui était nécessaire pour produire de nouvelles mises en page et de nouveaux dessins, jusqu’alors impossibles à réaliser !

Merci d’avoir lu ! Nous aimerions avoir de vos nouvelles, alors faites-nous savoir ce que vous avez aimé ou ce que vous aimeriez lire de plus dans cette série ? Et si vous souhaitez figurer dans un prochain article, n’hésitez pas à nous contacter ! Contactez-nous à l’adresse suivante qxpsales@quark.com

Smart Content
Copied to clipboard

Recent Blogs

Quels sont, selon les organisations, les principaux avantages d’un déploiement de CCMS ? Les résultats peuvent ou non vous surprendre

  • |

Rationalisation des processus de contenu : Un plan d’action pour la réussite du CMC grâce à la réutilisation et à l’automatisation

  • |

L’automatisation du contenu est essentielle en pharmacovigilance : Comment Quark Publishing Platform NextGen aide à garantir une distribution efficace, précise et sûre des médicaments

  • |